6 octobre 2017

C’est bien sûr avec tristesse que le Syndicat des avocats de France a appris le décès d’Edmond Maire, ancien secrétaire général de la CFDT durant dix-sept ans.

A l’époque de sa fondation, le SAF a partagé avec Edmond Maire et la CFDT le projet d’un syndicalisme autogestionnaire et de luttes syndicales et judiciaires sur la base de cette ambition et de ses concrétisations.

A cette période, aux côtés de deux responsables du service juridique confédéral particulièrement féconds, plusieurs avocats du SAF ont participé à la mise en oeuvre d’une pensée utile dans la défense syndicale et prudhommale, notamment le « conflit des logiques ».

Lorsqu’il en était secrétaire général, Edmond Maire a fait de la CFDT une organisation forte, de ses actions, de ses réflexions et aussi de sa diversité permettant des débats et des réflexions riches, ouvertes et inventives.

Le virage de la resyndicalisation avait pour but de remettre l’action dans l’entreprise et dans la société par des structures interprofessionnelles au centre du projet de transformation et de contestation du système, tout en laissant le champ politique aux partis.

Concilier l’action présente et les visions à moyen et long terme de transformation constituait la marque de la CFDT sous la houlette d’Edmond Maire.

Malheureusement, depuis un certain nombre d’années, le temps est à l’omnipotence du néolibéralisme économique et la régression des droits,  des fonctions des travailleurs et de leurs organisations.

Pour tout cela, mais aussi pour ses qualités personnelles et humaines, Edmond Maire manque déjà cruellement au syndicalisme dans son ensemble aujourd’hui.

Le SAF entend donc manifester tout à la fois sa tristesse à tous les siens, famille et militants de la CFDT.