26 mars 2019

Le syndicat des avocats de France se souvient avec émotion de celui qui sut bousculer nos certitudes et partager avec ses confrères l’utopie qu’il définissait comme une anticipation militante et incarnée.
Père du syndicalisme étudiant qui selon lui prépare au syndicalisme professionnel , il avait une idée concrète de l’indépendance des avocats à l’égard de l’autorité judiciaire , et sut mobiliser nos énergies pour créer à Lyon la première maison des avocats , proche mais distincte du palais de justice.
Bâtonnier de 1980 à 1982, il eut le souci d’amener les avocats à moderniser leur exercice professionnel, dans une démarche d’ouverture aux acteurs de la société civile, et de solidarité notamment avec les défenseurs des paysans brésiliens sans terre.

 

Paul Bouchet concevait l’accès au droit et à la justice comme un droit fondamental auquel devaient répondre des avocats compétents et justement rémunérés. Il a été l’artisan du remplacement du système « d’assistance juridique » en un droit pour les justiciables, « l’aide juridictionnelle », les réformes que proposèrent les commissions qu’il présida en 1990 puis 2000 furent hélas  pour les plus récentes, sans suite.
Lutter contre le racisme et la xénophobie, combattre la grande pauvreté par des mesures concrètes furent les axes majeurs de la Commission Nationale consultative des Droits de l’homme qu’il présida de 1989 à 1996 et firent de lui un médiateur remarquable comme en 1996 auprès des étrangers sans-papiers de l’Eglise « Saint-Bernard ».

 

Président d’ATD QUART MONDE , Paul BOUCHET venait à nos congrès et savait mobiliser nos énergies et notre imagination pour mener , non pas pour mais avec les plus pauvres , la bataille de l’égale dignité de tous .
Et GOUTELAS en Forez ….., dans ce lieu né de l’amalgame entre utopie intellectuelle , réalisme paysan , et ingéniosité ouvrière , nous avons avec Paul réfléchi , construit des stratégies , entonné le chant des canuts , et partagé la joie d’une amitié fraternelle , ouverte au monde et à sa créativité.
C’est à sa compagne de route Mireille DELMAS MARTY que nous pensons aujourd’hui, elle nous invite à placer la réflexion « aux quatre vents du monde », à rêver pour changer le monde et lui redonner souffle.