24 mars 2021

Luis Rétamal était un militant infatiguable. A la Cimade il a  été LE défricheur du contentieux de la rétention des étrangers lui donnant ses lettres de noblesse.  Véritable encyclopédie vivante, doué d’une inventivité et d’une intuition juridique sans limite ,  ses interventions  au débit rapide, toujours brillantes  aux colloques du SAF à Lille ont fait naitre des vocations  pour  beaucoup d’entre nous. Il  avait compris avant l’heure la nécessité d’élaborer une défense  collective et instruite, compilant inlassablement jusqu’à sa retraite des centaines de décisions plus précieuses les unes que les autres  qu’il allait dénicher au détour des prétoires .

Compagnon de route  précieux pour le SAF, le GISTI , l’ADDE il n’était jamais avare de son intelligence et de son savoir  .Il aimait les avocats autant que nous l’aimions. Bien qu’il n’ait jamais endossé  la robe mais plutôt un pull en toutes saisons, il était des nôtres et c’est  pourquoi il était le seul membre de l’ADDE qui ne soit pas avocat. Il  a toujours milité pour la présence des avocats dans les lieux d’enfermement et  à ce titre il a  été l’artisan de la convention  nationale entre la CIMADE et le CNB prévoyant la présence des avocats dans les centres de rétention.

Sa vie était un roman révolutionnaire .D’origine chilienne,  militant politique arrêté et condamné sous la dictature de Pinochet il sera exilé à Cuba avant de se réfugier   en  France   dans le premier foyer de réfugiés chiliens  en banlieue parisienne qu’il ne quittera qu’à la fin de sa vie pour rejoindre son pays. Il était adorable et si vous l’aviez connu, vous l’auriez aimé comme nous l’aimons.