23 avril 2018

Le Syndicat des Avocats de France, initiateur du combat mené contre l’installation de cages dans les salles d’audience, appelle à une mobilisation nationale à l’occasion de l’ouverture des procès correctionnels au nouveau Tribunal de Paris.

 

Il demande aux Bâtonniers, Ordres et avocats de France, ainsi qu’aux instances représentatives de la profession et aux organisations professionnelles, et à tous ceux qui sont venus le rejoindre dans ce combat, de poursuivre ce jour et dans les jours à venir la lutte pour une justice digne et respectueuse des droits de la Défense.

 

Alors que la Directive du Parlement européen, toujours pas transposée en France depuis le 1er avril 2018, interdit le recours systématique aux cages, alors que le Défenseur des Droits vient d’émettre un avis ferme contre le recours aux cages, alors que des grandes voix comme celles de Robert BADINTER ou Henri LECLERC s’élèvent contre le recours aux cages, la Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, refuse de donner des instructions pour la suppression de l’encagement des accusés et prévenus, y compris pour lorsqu’ils sont mineurs.

 

Le Syndicat des Avocats de France invite les avocats à s’opposer aux audiences indignes en déposant systématiquement des conclusions pour demander aux juges que les comparants sortent des cages et à engager des actions en responsabilité de l’État devant le Tribunal de Paris.(voir les conclusion et assignation sur le site du SAF)

 

Le Syndicat des Avocats de France demande solennellement à Madame le Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, de respecter et faire respecter l’État de droit dans les salles d’audience !

 

 

Paris, le 23 avril 2018

 

La Présidente,

Le Bureau National,

du Syndicat des Avocats de France