27 juin 2016

Quelques jours après les dégradations commises au siège de la CFDT, c’est au tour de la CGT d’être prise pour cible.

Le Syndicat des avocats de France condamne ces actes de vandalisme et toute forme de violence à l’encontre de militants du fait de leurs positions syndicales.

La liberté syndicale, la liberté d’opinion, la liberté d’expression, la liberté de débattre, la liberté de manifester ne sont pas divisibles. Porter atteinte à l’une de ces libertés, c’est porter atteinte aux autres et aux fondements même de la démocratie.

L’absence de débat parlementaire par l’utilisation du 49-3, l’instrumentalisation par le Gouvernement des violences commises lors des manifestations, son refus de discuter avec l’ensemble des syndicats, et aujourd’hui les attaques contre les organisations syndicales, aboutissent à la confiscation de tout débat de fond sur le projet de loi travail.

Quelles que soient les opinions et les divergences sur le projet de loi travail, elles ne sauraient empêcher le débat entre tous les acteurs du monde du travail, dans le respect mutuel des opinions, du cadre démocratique et des libertés fondamentales.

Le Syndicat des Avocats France dénonce donc toute atteinte à la liberté syndicale, droit essentiel des travailleurs, et apporte son soutien aux responsables et à tous les militants syndicalistes injustement pris pour cibles.