5 janvier 2018

Bruxelles, Paris, Barcelone, le 4 janvier 2018

Monsieur le Président de la République,

Demain vous allez recevoir RECEP ERDOGAN, président de la Turquie.

Quelques soient les enjeux diplomatiques ou autres existant entre nos pays, vous ne pouvez ignorer la situation de non-droit dans laquelle se trouvent aujourd’hui des avocats, des magistrats, des parlementaires, des journalistes, des syndicalistes… Au nom de la lutte contre le terrorisme et ce depuis le coup d’état manqué du 15 juillet 2016.

La répression arbitraire ne cesse de s’aggraver ; les détentions dans des conditions assimilables à des traitements inhumains et dégradants, sans véritable accès à une défense effective se multiplient.

Les avocats qui osent encore tenter de remplir leurs fonctions sont immédiatement stigmatisés à leur tour et empêchés par des inculpations et des incarcérations sans aucun fondement. Notre organisation est particulièrement inquiète sur le sort réservé à nos confrères détenus depuis plusieurs mois sans qu’il soit possible de savoir quels sont les faits réels qui leur sont reprochés.

L’AED, association européenne d’avocats démocrates, particulièrement attachées au respect des droits de la défense et à la protection de ceux qui se trouvent en première ligne de cette défense, les avocats eux même, vous demande, Monsieur le Président, en votre qualité de représentant de nos valeurs fondamentales de liberté et de justice d’interpeller fermement votre hôte pour que nos confrères soient libérés sans délai et que les poursuites engagées contre eux soient immédiatement abandonnées.

Nous soulignons qu’un certain nombre de nos confrères actuellement incarcérés sont membres de notre association, et tout particulièrement Selçuk KOZAGACLI et l’ensemble des avocats du çHD.

 

Pascale Taelman

Avocate au barreau du Val de Marne

Présidente

*Le SAF est membre de l’AED