L’oralité est au centre d’un procès pénal de qualité et pourtant ce terme est absent du code de procédure pénale. La jurisprudence sur la nécessité du respect du principe de l’oralité, au sens strict du terme, dans le procès criminel est fondée sur deux articles de ce code, qui viennent d’être remaniés pour contraindre la parole, privilégier l’écrit.

Plus largement, les craintes quant à la disparition de l’oralité, au sens du moment de débat et d’expression qu’est le procès, naissent autant des atteintes que lui portent les reformes législatives contemporaines, que de l’évolution des pratiques judiciaires.

Les moyens de communications, les choix procéduraux et l’architecture des lieux de justice sont autant de filtres croissants d’une parole libre au procès.

La défense pénale est alors sans doute aussi celle de l’oralité. Elle doit s’interroger sur ses stratégies, et, au moment où la question du rôle de la justice face aux mouvements sociaux est cruciale, sur la place de la parole engagée au procès.

 
Les 18 et 19 mai 2019

 
Maison de l'Avocat

  51 rue Grignan Marseille

À VENIR…

6 septembre 2019

Université d’été « secret des sources / Secret des affaires » – Paris

28 septembre 2019

Colloque de droit des Etrangers « Etrangers fichier leur la paix! » – Lille

12 octobre 2019

Formation « Les bases du droit de l’environnement » – Strasbourg

12 octobre 2019

Journée d’étude « Les outils de la lutte contre les discriminations » – Strasbourg

8 novembre 2019

46ème Congrès du SAF « DEMOCRATIE : SERVICE MINIMUM – Violences d’état, légitimes défenses » – Grenoble

ÉVÉNEMENTS PASSÉS…